Posted by Nicolas On février - 26 - 2013

acl

La phase de groupe de la ligue des champions 2013 débute cette semaine avec toujours la même interrogation : qui pourra lutter contre l’hégémonie sud-coréenne. Si habituellement, les candidats semblaient en retrait, cette saison pourrait bien être celle du changement.

Depuis l’instauration de la finale en un match unique, il ne s’est pas passé une saison sans qu’un club issu de K-league n’atteigne la finale. Seul vaincu à ce niveau, Jeonbuk était tombé chez lui sans perdre face au controversé Al Sadd. Ainsi, à l’heure de grand départ de la phase de groupe, une seule question hante les esprits des suiveurs : 2013 dérogera-t-elle à cette règle ?

Il se pourrait bien que 2013 soit effectivement l’année des grands changements. Certes l’AFC Champions league a encore d’énorme progrès à faire, notamment dans l’allocation des tickets aux participants (rappelons qu’à la différence de l’Europe, seules 10 des 46 fédérations de l’AFC ont droit à au moins un ticket en Champions league, le tout basé sur des critères autres que sportifs comme la qualité des stades, avec la majorité des tickets allouée à 5 pays (Japon, Chine, Corée du Sud, Arabie Saoudite et Qatar se partagent 20 des 32 tickets, laissant 5 autres pays se partager les 12 restants). Reste que cette saison, le principal changement est dans le format avec, enfin, l’abandon des 16e de finale sur un match. Autre changement, la finale revient au format aller-retour.

Changements en coulisses donc et changement sur le terrain. Car cette saison, entre une K-league secouée par les soucis de matchs truqués l’an passé, une Chine qui veut assoir son statut de nouvelle puissance, des places fortes au moyen orient comme les habitués Al-Ittihad et Sepahan, les ambitieux qataris, les japonais en reconquête et l’Australie qui tente de combler son retard, l’édition 2013 s’annonce ouverte. Il est donc temps d’analyser chaque groupe.

Groupe A : Al-Shabab, Al-Jazira, Tractor Sazi, El Jaish

Deux nouveaux face à deux habitués. El Jaish, sensation de la dernière Qatar Star League au cours de laquelle ce club promu décrochait la seconde place, a tout du parfait épouvantail. Désormais sous la main de Răzvan Lucescu, fils du génial coach du Shakhtar, El Jaish peut s’appuyer sur son capitaine, l’ancien marseillais Karim Ziani, pour surprendre tout le monde dans ce groupe. Autre découverte, le Tractor Sazi. Désormais coaché par l’ancien entraîneur de Bordeaux, le portugais Toni, le vice-champion d’Iran, battu d’un tout petit point par Sepahan, est la grande inconnue du groupe. Attention donc pour les deux habitués que son Al-Shabab et Al-Jazira. Les saoudiens de Michel Preud’homme, demi-finalistes de l’épreuve en 2010, champions en titre en Arabie Saoudite, seront l’un des outsiders du groupe derrière l’Al-Jazira de l’ancien milanais Ricardo Oliveira, sorti au tirs au but en huitième de finale l’an passé.

Groupe B : Pakhtakor, Lekhwiya, Al-Shabab Al-Arabi, Al-Ettifaq

Le champion du Qatar Lekhwiya désormais coaché par Eric Gerets sera le grand favori du groupe. Emmenés par ses stars Msakni, Madjid Bougherra et ses anciens de Ligue 1 que son Issiar Dia ou l’ancien valenciennois Nam Tae-hee, les chevaliers rouges chercheront à sortir du groupe pour leur deuxième expérience à ce niveau. Face à eux, un autre habitué Pakhtakor, qui a enfin retrouvé son titre de champion en Ouzbékistan après quatre années d’attente, Al-Ettifaq, tombé en play-offs d’accession aux groupes l’an passé et Al-Shabab Al-Arabi, dont ce sera la troisième apparition en Ligue des Champions.

Groupe C : Sepahan, Al-Gharafa, Al-Ahli, Al-Nasr

Probablement le groupe le plus relevé d’Asie de l’Est. Sepahan, triple champion d’Iran, double quart de finaliste de l’épreuve sera clairement le favori du groupe. A ses côtés, l’Al-Gharafa de Nenê, Cissé et Mark Bresciano, le dernier finaliste Al-Ahli de Karel Jarolim et l’Al-Nasr du duo Walter Zenga – Sven-Goran Eriksson. Difficile de dégager un favori dans un groupe aussi dense même si les iraniens restent une valeur sûre à l’échelon continental.

Groupe D : Al-Ain, Esteghlal, Al-Rayyan, Al-Hilal

A l’image du groupe C, le groupe D apparaît extêmement relevé. Il y aura l’Al-Ain et son superbe duo rennais Asamoah Gyan – Jirès Kembo-Ekoko, l’Al-Rayyan de l’ancien lyonnais Nilmar et deux habitués à franchir le stade des groupes : les iraniens d’Esteghlal, huitième de finaliste l’an passé et Al-Hilal, huitième de finalite également l’an passé après une demi-finale en 2010. Ces deux derniers apparaissent bien évidemment favori eu égard à leur expérience, mais les deux outsiders s’annoncent bien redoutables.

Groupe E : FC Seoul, Buriram United, Vegalta Sendai, Jiangsu Sainty

La sensation du dernier championnat chinois, Jiangsu et son buteur star Cristian Dănălache, découvrira la Ligue des Champions aux côtés de l’ogre sud-coréen Séoul, de la surprise japonaise 2012 Vegalta et des thailandais des Buriram. La mission s’annonce délicate pour le club chinois car si le FC Séoul du superbe duo Damjanović – Molina fait office de grandissime favori du groupe (voire de l’épreuve), le duel avec le Vegalta s’annonce passionnant. Il ne faudra surtout pas oublier Buriram, surprise du début de ligue des champion la saison passée qui, bien qu’en pleine tourmente après les affaires de match truqués (on attend encore la sentence), pourrait bien franchir un palier cette saison après s’être offert le scalp de Brisbane en tour préliminaire.

Groupe F : Guangzhou Evergrande, Jeonbuk Hyundai Motors, Muangthong United, Urawa Red Diamonds

Probablement le groupe le plus excitant de l’édition 2013. D’un côté l’épouvantail chinois Guangzhou de Marcelo Lippi et son redoutable trio Conca – Barrios – Muriqui. De l’autre le finaliste 2011, Jeonbuk, vice-champion de Corée du Sud. Entre les deux, les Reds d’Urawa, qui retrouvent la Ligue des Champions pour la première fois depuis 2008 (alors tenants du titre, les Reds avaient terminé demi-finalistes) et le champion de Thailande Muangthong, qui certes découvrira l’épreuve, mais apparait comme un outsider potentiel dans ce groupe.

Groupe G : Sanfrecce Hiroshima, Beijing Guoan, Pohang Steelers, Bunyodkor.

Champion 2012 du Japon, le Sanfrecce Hiroshima se voit proposé un redoutable casting pour sa deuxième Ligue des Champions (lors de la précédente, en 2010, le SanFre n’avait pu sortir de son groupe). Face à eux, les Guoan de Frédéric Kanouté, troisième du dernier championnat chinois, les Steelers, champions 2009, tombés lors de la phase de groupe l’an passé, et Bunyodkor, grand habitué aux joutes continental et qui reste sur une demi-finale perdue face au futur champion l’an passé. Autant dire que la mission des japonais s’annonce délicate.

Groupe H : Central Coast Mariners, Kashiwa Reysol, Guizhou Renhe, Suwon Samsung Bluewings

Quelle place pour la surprise chinoise Guizhou ? Pour sa première en Ligue des Champions, les coéquipiers du duo Muslimović – Misimović se retrouvent dans le groupe de la meilleure équipe australienne du moment (seul représentant de la A-league cette saison), Central Coast, du demi-finaliste 2011 Suwon et des redoutables Reysol dont le duo Leandro Domingues – Jorge Wagner a trouvé un nouveau compagnon de jeu en la personne de Cléo pour former l’un des trios les plus excitant sur le papier.

Place donc à la troisième édition de la Ligue des Champions asiatique que vous suivre sur le blog. Si vous voulez revivre l’édition 2012, c’est par ici.